Le blog du Mouvement RLC

Muhammad et la naissance de l’Islam

Muhammad et la naissance de l’Islam

Mai 11, 2018

 

Selon le Coran, le mot “Islam” signifie “soumission à Dieu”.

L’Islam est la religion de tous les Prophètes !

À partir du moment où c’est Dieu Lui-même qui les a choisis parmi les vertueux pour diffuser Ses messages, ils étaient eux-mêmes soumis à Dieu et ils avaient recommandé la soumission à leurs apôtres et à leur progéniture.

 

   Histoire de l’Islam

 

Un aperçu des premiers siècles de l’Islam

Lors des premiers siècles de l’Islam, la loi de Dieu était appliquée.

Vous imaginez peut-être que les mains des voleurs tombaient comme des feuilles mortes en automne et qu’il y avait une véritable hécatombe de fornicateurs et d’homosexuels, mais pas du tout !

Entre la foi d’une part, et la loi d’autre part, quasiment tout le monde se tenait à carreau.

Les pères aimaient leurs enfants sans se poser de questions (“est-ce bien le mien ?”), les enfants n’avaient pas de doute sur leurs origines, les femmes savaient que leurs maris leurs étaient fidèles, les jeunes ne se suicidaient pas parce que leur copine ou leur copain les avait plaqués.

Quant aux meurtres ou aux viols, ils étaient rarissimes. La loi jouait à plein son rôle dissuasif.

 

Parmi les cinq cas de lapidation qui ont eu probablement lieu à l’époque du Prophète, quatre ont été le résultat de confessions spontanées (c’est difficile à croire, mais deux au moins ont insisté pour se faire lapider) tandis que le cinquième cas s’est déroulé dans un autre cadre que celui de la loi islamique : l’accusé était Juif et la peine de mort qui lui a été appliqué était fondée sur la Torah.

À l’époque du Prophète, dans la première communauté musulmane, il y avait très peu de châtiments parce qu’il y avait très peu de crimes.

 

   Vous imaginez ?

 

C’est exactement l’inverse de ce qui se passe aujourd’hui. De nos jours, il y a énormément de crimes parce qu’il y a très peu de châtiments.

Ce n’est pas la seule cause bien-sûr ! Les films violents, les jeux vidéo violents, la musique violente… toute cette violence qu’on nous impose de degré ou de force porte ses fruits. Des fruits âcres au goût de sang. Dans les premiers siècles de l’Islam, cette propagande perverse n’avait pas cours.

 

L’alcoolisme, qui fait tant de ravages de nos jours, était un mal inconnu.

Personne ne tombait dans le piège parce que personne ne touchait à l’alcool (sauf les chrétiens, qui ont toujours eu le droit de vivre à leur guise dans les pays musulmans).

Le Coran interdit en effet la fabrication, la consommation et le commerce de tous les produits enivrants, de toutes les drogues qui altèrent la conscience.

 

  Le concept de la “Charia” en Islam :

La Charia n’est pas seulement un Code pénal. Elle est aussi un système global qui garantit la justice, y compris la justice sociale.

Toutes les peines ne doivent être appliquées qu’après l’instauration d’une société équitable où chacun et chacune a sa place et ses droits.

Si, par exemple, un pauvre commet un viol pour se nourrir, non seulement l’État n’a pas le droit de le punir, mais il doit lui garantir une pension qui le dispensera de la nécessité de voler à l’avenir.

 

  Ramadan : le mois du Coran

 

“Gloire à celui qui a fait descendre du ciel le Coran dans la plus excellente des nuits de Ramadan, nuit sacrée qu’il est plus méritoire de passer en prière que mille mois des siècles et des temps ; nuit dans laquelle Dieu envoie les anges porter son salut de paix à tous les fidèles, aux vrais croyants, et leur accorde, dans son ineffable générosité, dans son inépuisable bonté, le pardon de toutes leurs fautes, soit vénielles, soit mortelles – Dieu est très grand !”.

 

La révélation du Coran commença au cours du mois de Ramadan.

Le jeûne du mois de ramadan est une prescription coranique “Ô vous qui croyez ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux générations qui vous ont précédés […] !”.

 

Le ramadan est considéré comme l’un des cinq piliers de l’Islam !

Le ramadan 2018 va normalement commencer soit le 16 mai, soit le 17 mai.

Deux méthodes s’affrontent pour déterminer la date du début de ce mois : la méthode dite “astronomique” et la méthode traditionnelle (le fait d’attendre l’apparition du croissant lunaire qui annonce le début d’un nouveau mois).

L’ex-UOIF défend le ‘‘ modèle intellectuel ’’ du théologien suisse

L’ex-UOIF défend le ‘‘ modèle intellectuel ’’ du théologien suisse

Avr 5, 2018

 


‘‘ Un islam facteur de paix ’’ selon Amar Lasfar

Au Bourget en Seine-Saint-Denis, Amar Lasfar, président des Musulmans de France anciennement Union des Organisations Islamiques de France, a défendu le vendredi 30 mars un islam vecteur de paix sociale, tout en honorant le ‘‘ modèle intellectuel ’’ du théologien suisse, Tariq Ramadan.
La 35e édition de la Rencontre Annuelle des Musulmans de France, qui a ouvert ses portes le vendredi dernier au Parc des Expositions au Bourget, a fait émerger en tant que figure d’influence le moralisateur inculpé et incarcéré le 2 février pour acte immoral.
Lors d’une conférence de presse, Lasfar a déclaré, ‘‘ pour beaucoup de nos jeunes qui souhaite devenir comme lui, le théologien représente un modèle sur le plan intellectuel ’’.

Il a par ailleurs fustigé le ‘‘ procès médiatico-politique ’’, fait selon lui à l’universitaire genevois au mépris du droit à la présomption d’innocence.
La défense de Tariq Ramadan était de la partie au salon du Bourget, à travers un stand de la campagne lancée en faveur de sa libération, animée par son comité de soutien.

Ce dernier vend les livres du professeur et invite les visiteurs à signer une pétition, réclamant sa remise en liberté au président de la République et au ministre de la Justice, en attendant la décision des juges. Il invoque également dans ce courrier-type, la récente et préoccupante dégradation de l’état de santé de l’islamologue Ramadan, qui selon des sources proches du dossier, ne bénéficierait pas d’un traitement digne et adéquat dans la prison de Fleury-Mérogis où il est détenu depuis plus de deux mois maintenant.
Le présumé est notamment accusé par une certaine Henda Ayarai, une ex-salafiste convertie en militante féministe d’avoir tenté de l’approcher en l’année 2012 en marge d’un congrès de l’ex-UOIF.

Hommage aux victimes de l’Aude


L’organisateur et président du salon, a vivement appelé les Musulmans de France, à condamner sans réticence les attaques de Carcassonne et Trébès survenues la semaine dernière.

‘‘ Lorsqu’il s’agit d’un crime, il faut le dénoncer sans réserve ’’, a-t-il déclaré. Il nie par ailleurs tout lien de cause à effet entre islam et actes terroristes ; ‘‘ Le terrorisme qui nous secoue, n’a absolument rien à voir avec la religion de l’islam ’’.
Auprès d’une journaliste de l’Agence France-Presse, un visiteur a spontanément abordé cette question en exprimant son vif regret quant à la ‘‘ stigmatisation des musulmans religieux en France et en Europe de façon générale ’’.
En hommage aux quatre victimes de ces attaques, Lasfar a fait observer à tous les invités de cette Rencontre, une minute de silence. Un acte Républicain, revendiqué comme tel.
En référence au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s’est offert comme otage au terroriste d’un supermarché à Trebès, le président a aussi déclaré ‘‘ Nous allons de même saluer le héros qui a choisi de donner sa vie ’’.

À cette Rencontre gérée et coordonnée par un millier de bénévoles du 30 mars au 2 avril, plus de 150 000 visiteurs se sont déplacés pour assister à la plus grande manifestation musulmane en Europe, entre foire commerciale et forum religieux.

 

Apprendre la photographie : par où commencer ?

Apprendre la photographie : par où commencer ?

Mar 15, 2018

 

 

La photographie devient très vite un loisir passionnant, dès lors que l’on commence à utiliser son appareil photo régulièrement. On déclenche, on cadre et on clique. Rapidement face un résultat pas toujours satisfaisant, on est déçu et on se pose plein de questions quant à son matériel.
À cet effet, on vous propose dans cet article un peu particulier, de faire un tour d’horizon des principales notions à apprendre pour bien débuter dans la photographie et progresser plus rapidement.

Vous pouvez également consulter le site expert en High-Tech « On a testé pour vous » dans la rubrique ‘‘ Conseils ’’ vous trouverez 11 conseils simples pour bien démarrer dans la photographie.

La valeur du matériel ne fait pas la qualité de la photo

Les débutants en photographie ont tendance à opter pour les numériques, les bridges, les reflex ou les compacts d’entrée de gamme, ils ont la fausse tendance à croire que sans un matériel hyper sophistiqué et de pointe, ils ne pourront progresser.
Utilisez plutôt un matériel qui convient à votre budget et qui soit à votre disposition. Ne cherchez pas dès le début l’objectif professionnel qu’on vous recommande, sans savoir réellement à quoi il vous servira. Ne prêtez pas non plus attention aux paroles des commerciaux qui vous pousserons à acheter le tout dernier reflex numérique innovant et sera sans doute inadapté à votre niveau.
Plus votre appareil est simple à maîtriser et à prendre en main, plus vous aller consacrer du temps à prendre des captures, et c’est justement la pratique qui vous aidera à avancer. Lorsque vous atteindrez les limites de votre matériel, (chose que vous allez pouvoir évaluer par vous-même), envisager alors d’acquérir un nouveau.

Ne vous éloignez pas de votre appareil

C’est dans la pratique que réside la progression, et c’est en ayant son matériel toujours sur soi que l’on peut s’exercer. Pensez à avoir toujours avec vous de quoi faire des clichés, si vous avez un petit reflex glissez-le dans votre sac ou si vous avez un compact numérique, faites de même. Que ce soit un smartphone ou un compact, l’essentiel, c’est de faire des photos.

 

Photographiez ce que vous aimez

Avez-vous une passion autre que la photo ? Faites vous du sport ? Vous croisez régulièrement un cadre ou une situation exceptionnelle ? Faites une liste de captures que vous pourriez faire éventuellement. Simulez différentes conditions du cadre, de la lumière, et élaborez une fiche. De cette manière il quand vous vous retrouverez sur le terrain, il sera plus facile de faire des captures puisque vous avez une démarche à suivre.

Ne cherchez pas trop loin ce que vous avez sous la main

Les nouveaux débutants de la photographie, ont tendance à croire qu’il faut se retrouver dans des conditions de pros ou chercher bien loin pour rapporter de belles images. Ce qui est totalement faux.

Observer attentivement autour de vous, votre ville, votre jardin, vos proches, ou tout simplement ce qui fait votre quotidien. Selon l’éclairage, le milieu ou les saisons, variez les prises de vue !
Autant de sujets faciles à trouver qu’à photographier.


Maitrisez votre appareil

On ne né pas photographe, on le devient. Les professionnels de la photo ne le sont pas devenus en quelques jours. Faites connaissance avec votre matériel et apprenez à le maîtriser. Lorsque vous achetez un matériel neuf, commencer par lire le manuel d’utilisation, qui contient un bon nombre d’informations utiles qui pourront vous aider sur le terrain. Apprenez également à changer le réglage directement sans regarder le boîtier, de cette façon lorsque le cliché à ne pas manquer, se présentera, vous saurez être réactif. Si le fait de s’inscrire à des cours de photographie s’avère trop coûteux, vous pouvez cependant vous former gratuitement tout seul. En effet, il existe plusieurs sites gratuits spécialisés entre autres dans les conseils et tutoriels photos. Ces ressources vous permettront d’assimiler les notions de base avant de passer aux choses sérieuses avec un formateur.

Testez les différents modes de votre APN

Testez les modes proposés par votre équipement, vous allez sûrement découvrir une multitude de possibilités différentes. Changez un par un les paramètres de prise de vue, et notez à chaque fois les résultats obtenus. Passez au test suivant.
Prenez votre temps à réaliser chaque test, observez le rendu photo dans différentes conditions, s’il est plus intéressant, si un tel réglage convient mieux, ou la prise de vue vous est plus facile…

Il faut rappeler également que si votre boîtier dispose d’un mode automatique, cela vous donnera de beaux clichés aussi.

Assimilez les bases de la photographie

Quel que soit le niveau de performance et de sophistication de votre équipement, les notions de base de l’art de la photographie sont toujours valables depuis les origines. Savoir comment et pourquoi régler l’ouverture, la sensibilité, ou encore l’éclairage, c’est fondamental. Faire la différence entre la surexposition et la sous-exposition, savoir ce que c’est le flou de bougé ou la profondeur de champ, c’est crucial. Comme dans toute pratique, les bases demeurent les bases, ne pensez pas qu’il suffit de maîtriser les techniques complexes de photographie pour progresser.

Le post-traitement ne fait pas tout

Certes, les logiciels de retouche et de traitement de photos sont indispensables aux experts de ce domaine, toutefois, ils ne créent pas des miracles. Si votre cliché est mal cadré, flou ou mal exposé, le logiciel post traitement ne le rendra pas exceptionnel.
Suivez attentivement la plupart des conseils présentés ci-dessus, et mettez de côté votre logiciel de traitement si dès la prise de vue, vos photos ne sont pas correctes. Une fois que ca sera le cas, vous pourrez alors commencer à apprendre les techniques de traitement photos, (oui, il s’agit bien d’un nouvel apprentissage !).

Dans le même thème : on vous invite à visiter le site « On a testé pour vous », dans leur rubrique ‘‘ Conseils ’’ vous trouverez une rédaction complète et détaillée sur les dix conseils à suivre pour réaliser le portrait de vos rêves !

        Prise de parole en public

        Prise de parole en public

Fév 22, 2018

 

    Maîtriser l’art de parler en public :

Savoir s’exprimer en public, est une compétence indispensable aujourd’hui !

Pour une formation sur-mesure en prise de parole en public, Audrey Crespo-mara, la journaliste, et la présentatrice phare de la télévision française, vous invite à lire son article “technique anti-stress”.

“Alors pour commencer, il faut développer ses capacités d’expression (orale et écrite), ensuite, gérer son trac et son stress en toutes circonstances, puis, appréhender, anticiper les réactions de son public, et conduire une prestation orale de qualité en s’adaptant à son auditoire.

Enfin, et afin d’assurer une présentation professionnelle, il faut structurer efficacement ses exposés.

 La structure de son intervention :

Structurer les temps forts, préparer son discours pas à pas, et également, concevoir son intervention du début jusqu’à la fin.

 

Les techniques d’expression orale :

Choisir son vocabulaire et l’adapter à son public (notions de synchronisation), anticiper les questions de l’auditoire, mettre en relief ses idées, en utilisant l’humour, les anecdotes, les images, et savoir répondre aux questions et aux objections.

 

Le stress et la communication émotionnelle :

La première chose à faire, est d’apprendre à chasser le stress, s’entraîner bien évidemment à gérer les émotions difficiles, et finalement, identifier les jeux de manipulation, et de pouvoir.

Optimiser la communication non-verbale “le body language” !”.

 

  Comment devenir journaliste ?

Tout le monde peut devenir journaliste !

En fait, il y a deux choses pour le journalisme : il y a des techniques et un état d’esprit.

Les techniques : c’est le fait d’apprendre à travailler avec des supports (des techniques de montage, de tournage…).

“Ếtre journaliste, c’est un état d’esprit, et non une question de formation”, l’homme en noir, le journaliste français, Thierry Ardisson, lors d’une interview.

    C’est quoi un bon journaliste ?

Ce dernier, a répondu ainsi “C’est toujours la même réponse, au delà de tout le bagage technique, de la polyvalence qui est réclamée aujourd’hui ; un bon journaliste,   c’est quelqu’un qui nous surprend chaque jour !”

Le journalisme, est un métier à la fois manuel et intellectuel !

Donc, il est important d’avoir un bagage intellectuel, culturel, mais aussi, un esprit créatif, des qualités d’expression écrite et orale, un esprit d’analyse et de synthèse, une curiosité toujours en éveil…

Le métier des journalistes consiste à aller sur le terrain, chercher le réel.

Généralement, les journalistes doivent être à la une, autrement-dit, ils doivent toujours suivre l’actualité générale, et également, celle des médias.

 

  Comment devenir un journaliste scientifique ?

Pour devenir un journaliste scientifique, il faut être curieux !

Comme nous le savons tous, la science est un univers immense, et gigantesque !

Du coup, vous pouvez faire de la géophysique un jour, de la génétique le lendemain, de l’astronomie…

C’est un continûment immense, donc, on peut très bien passé toute sa carrière sans écrire deux fois le même papier, d’ailleurs, c’est pour cette raison, qu’il faut être curieux, mais, surtout ambitieux.

La souplesse d’esprit joue aussi un point très important !

C’est-à-dire, être capable d’apprendre en permanence, de changer sa vision du monde en permanence.

À chaque fois, c’est une approche du monde différente, donc il faut être capable de s’adapter en permanence.

          Affections héréditaires

          Affections héréditaires

Fév 12, 2018

 

   Transmission des affections héréditaires selon le mode autosomique dominant

Les affections autosomiques dominantes touchent autant les filles que les garçons d’une même famille et leur mode de transmission peut être représenté dans l’arbre généalogique par une distribution davantage verticale qu’horizontale des cas.

Un individu atteint d’une affection autosomique dominante porte la mutation génétique responsable sur un seul des deux chromosomes d’une paire.

Chacun des enfants de cet individu aura une probabilité de 50 % d’hériter de la mutation responsable de l’affection et une probabilité de 50 % d’hériter de la version normale du gène.

Les enfants auxquels la mutation génétique ne sera pas transmise ne développeront pas l’affection dominante et ne risquent pas de la transmettre à leurs enfants.

  Dépistage génétique :

Le dépistage génétique permet d’obtenir des renseignements conduisant au diagnostic d’affections héréditaires ou d’autres maladies dont l’étiologie est en partie génétique.

Il s’effectue au moyen d’analyses de laboratoire particulières portant sur des chromosomes, des gènes ou des produits géniques (par exemple, les enzymes et les protéines) et il a pour but de révéler si une modification génétique liée à une maladie donnée est présente chez un individu.

Il y a trois types de tests de dépistage génétique : les tests chromosomiques, les tests biochimiques et les tests d’analyse de l’ADN.

Comme ces tests de dépistage coûtent très chers, Filiassur assurance s’engage à rembourser au moins 40 % du prix.

Filiassur” est un groupe qui rayonne au Maghreb, en Italie, en Espagne et également, en France.

Le dépistage génétique a plusieurs usages importants.

Le dépistage prénatal, qui englobe les trois types de tests génétiques précités, est souvent utilisé pour détecter et diagnostiquer des affections comme le syndrome de Down (trisomie 21, …).

Le dépistage des porteurs permet aux couples ou aux individus de savoir s’ils ont un allèle récessif qui peut donner lieu à une affection héréditaire (par exemple, la fibrose kystique, l’anémie falciforme ou la maladie de Tay-Sachs) et qu’ils risquent de transmettre à leurs enfants.

Le dépistage néonatal, qui fait beaucoup appel aux tests génétiques, sert à la détection d’un nombre de plus en plus grand de maladies, dont la PCU et la galactosémie.

Le dépistage diagnostique permet de détecter la présence ou l’absence d’une altération génétique ou d’un allèle donné pour établir ou confirmer un diagnostic chez un individu atteint, par exemple, de dystrophie myotonique ou du syndrome du X fragile.

Dans un avenir prochain, on utilisera de plus en plus de tests génétiques pour déterminer la prédisposition d’une personne à une maladie et pour élaborer des plans de traitement et de prise en charge individualisés.

De plus en plus, les médecins participeront au dépistage génétique ; leur rôle consistera surtout à dispenser de l’enseignement, à s’assurer que les personnes font des choix éclairés en matière de santé et donnent leur consentement en toute connaissance de cause, à plaider en faveur du respect du caractère intime et confidentiel des résultats des tests génétiques, et à aider les personnes à comprendre les enjeux complexes du dépistage génétique.

Le métier d’animateur à la radio : témoignages et conseils de pros

Le métier d’animateur à la radio : témoignages et conseils de pros

Jan 30, 2018

L’animation est la discipline essentielle dans toutes les radios. Un art difficile aux multiples facettes qui accroche des milliers d’auditeurs par une simple voix transmises par des ondes.

L’animation à la radio consiste à trouver des opérations, à les mettre en place, à les mettre en ondes et à les valoriser une fois en ligne.

« Un animateur prospère s’engage à faire d’un sujet de quotidien ou d’un événement qui peut passer inaperçu un truc énorme qui pourra faire briller les yeux des auditeurs. » Définit, Audrey Crespo-Mara, la journaliste de renom et la présentatrice phare de LCI.

 

Au-delà de ses interventions à l’antenne, un animateur radio doit souvent tout contrôler: le respect de la programmation musicale, le montage de jungle, la préparation des sons, en claire, il est l’homme orchestre de l’émission.

 

Thierry Ardisson, le compagnon de Audrey Crespo-Mara, l’intervieuweuse et la  journaliste sur LCI nous a parlé lors d’une interview de ce qu’il fait une fois à l’antenne et comment il se préparer avant la diffusion de l’émission.

Avec plus de 30 ans d’expérience et en tant que responsable d’antenne, Thierry Ardisson est capable de nous fournir les informations les plus pertinentes relatives à ce métier ainsi qu’une idée précise de ce qu’il fait un bon animateur.

 

Comment réussir en tant qu’animateur à la radio ?

Pour pouvoir devenir un animateur à la radio, il faut que vous disposiez de quelques qualités indispensables d’abord la passion. Il faut être vraiment passionné par ce domaine d’activité et aimer tout ce qui est en rapport avec le domaine journalistique et l’univers médiatique. Ensuite, la ponctualité et la rigueur. Certes, l’animation est faite pour ceux qui profite d’un sens artistique, mais demande également de la vigueur et de la minutie tant dans la préparation de son émission, mais aussi de la gestion de son temps et de son discours.

 

La curiosité est une des qualités qui permettent à un animateur de briller. Sachez qu’un animateur qui ne s’ouvre pas au monde extérieur et reste enfermé dans son monde à lui, ne peut pas aller trop loin. Ce domaine est une invitation à la découverte et à la recherche de tout ce qui peut intéresser l’auditoire.

Enfin, l’adaptabilité. En effet, qu’il vraiment rare qu’un animateur passe toute sa carrière professionnelle dans une même radio. Être adaptable, ne veut pas dire perdre complètement son âme mais plutôt s’adapter au format de la radio pour laquelle il travaille et à la nature des émissions qu’il anime.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services