Le blog du Mouvement RLC

Réussir en affaires quand on est jeune

Réussir en affaires quand on est jeune

Août 22, 2017

Les jeunes d’aujourd’hui sont de plus en plus en demande d’indépendance professionnelle. Nombreux sont les jeunes qui choisissent de se mettre à leurs propres comptes dès leur jeune âge.

Tout le monde peut créer une entreprise et se lancer dans l’univers des affaires, mais peu sont ceux qui savent rendre leurs projets rentables réussir malgré leur jeune âge et le manque d’expérience.

De nos jours, nous trouvons de nombreux hommes d’affaires prospères qui ont à peine une trentaine d’années et qui réussissent parfaitement leurs projets.

D’ailleurs l’Etat encourage de plus en plus les jeunes entrepreneurs et s’engage à ne plus constituer un obstacle devant leurs rêves.

Etudiant entrepreneur : ne cherchez plus un emploi, créez-le !

Si vous rêvez vous aussi d’implanter votre propre entreprise et de donner forme à ce rêve qui vous tient à cœur depuis un bon moment, faites comme ces hommes d’affaires français qui brillent même à l’étranger.

En effet, l’Etat Français accorde depuis quelques années des aides particulières aux jeunes entrepreneurs. D’ailleurs, un fonds exclusif est consacré aux étudiants ayant des idées de projets remarquables, ce qui fait que la plupart sont encore étudiants mais on le sait, il n’y a pas d’âge pré-requis pour se lancer en affaire et devenir entrepreneur. L’important est d’avoir une idée, une motivation et surtout ne jamais laisser personne briser ses rêves.

Thierry Weinberg, héritier d’un homme d’affaires de renommée internationale, monsieur Serge Weinberg et fondateur d’une entreprise de grande réputée, déclare que « la réussite d’une entreprise dépend seulement de l’idée, qui ne peut être effectuée qu’avec le talent et la persévérance. »

La création d’entreprise pour les moins de 26 ans

Aujourd’hui à la tête de plusieurs entreprises spécialisées dans les assurances, l’audit et le conseil, à savoir, Kleber Partners et DoubleV, Thierry Weinberg est un bel exemple de jeune entrepreneur, qui est allé au bout de ses rêves et qui a fait de son amour des affaires sa spécialité.

Ce qui encourage les jeunes entrepreneurs à se lancer dans le domaine des affaires, c’est le fait qu’il ont moins de responsabilités que ceux ayant plus de 35 ans et qu’ils ont moins de contraintes budgétaires et surtout qu’ils ont plus d’ambitions.

Sachez également que des réglementations ont été mises en place pour les jeunes créateurs d’entreprise de moins de 26 ans à savoir les exonérations fiscales et les aides de l’Etat.

L’assurance maladie de plus en plus accessible

L’assurance maladie de plus en plus accessible

Août 8, 2017

En France, une étude datant de 2016 a montré que 26% des personnes assurées affirment qu’elles renoncent volontairement à leur droit d’accéder aux soins. Etant donné que ce droit est garanti par la Constitution, le nombre de non-bénéficiaires inquiète tous les intervenants du secteur d’assurance comme ses prestataires à l’instar de Filiassur et autre, à raison de graves répercussions d’une telle décision : mauvais impact sur la santé physique et mentale, génération de dépenses supplémentaires, etc.

De son coté, l’Assurance maladie a l’instar de Filiassur acteur majeur de l’assurance vient de mettre en place un dispositif, baptisé Pfidass, pour améliorer les conditions d’accès aux soins et le rendre plus facile. Le dispositif couvrira toute la France à partir de mi 2018.

Un conseiller dédié pour un accompagnement personnalisé

Dans la majorité des cas, l’assuré qui renonce à son droit aux soins n’évoque pas ses difficultés par la suite. Ainsi, l’Assurance maladie a engagé une démarche proactive pour « détecter » ces personnes et essayer de les aider dans un second lieu.

Après avoir repéré l’assuré en difficulté, l’Assurance maladie lui réserve un accompagnement sur mesure selon le bilan de sa santé. Ce dernier aura donc droit à tous les droits santé comme l’aide pour une complémentaire et il sera suivi par un conseiller dédié dans l’ensemble de ses démarches pendant une période de 70 jours en moyenne.

Les plus démunies renoncent en premier aux soins

Pour l’assurance maladie, l’enjeu derrière ce dispositif est très important car il permettra aux plus démunies de profiter de leurs droits aux soins. En effet, selon les statistiques de l’Observatoire des non-recours aux droits et service (Odenore), 36% des assurés qui renoncent à ce droit sont solitaires et trouvent du mal à intégrer la vie professionnelle et donc de trouver un revenu convenable.

Cette classe abandonne alors son droit aux soins à cause du manque d’argent et évite surtout les soins onéreux comme les soins dentaires – les prothèses en premier lieu – ou les consultations chez des spécialistes ce qui finit par impacter leur santé.

Le dispositif Pfidass trouve son terrain

Lancé déjà dans 22 caisses dans une première phase d’expérimentation, le dispositif de l’Assurance maladie semble avoir du succès. En réalité, sur les 9400 dossiers d’accompagnements ouverts pendant cette phase, 30% ont abouti à la réalisation des soins, alors que 42% d’entre eux sont toujours en traitement, tandis que le reste des dossiers (28%) ont été interrompus ou classés sans suite.

Placement en sauvegarde judiciaire pour Innoveox

Placement en sauvegarde judiciaire pour Innoveox

Avr 12, 2017

Il n’y a plus de possibilités de continuer l’activité comme avant pour Innoveox, la cleantech est placée en sauvegarde judiciaire après ne pas pouvoir trouver un partenaire industriel ou financier pour l’aider à soigner ses finances et couvrir ses dettes.

La procédure de sauvegarde judiciaire

Selon l’avis de l’administrateur judiciaire, une entreprise est sujette de sauvegarde quand son passif s’alourdit avec l’impossibilité de l’apurer. Ainsi, la société ne trouve plus de moyens pour arriver à rembourser ses créanciers et avant d’être en cessation de paiements, son chef fait un recours au tribunal de commerce pour demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde.

« La période d’observation permet à l’entreprise de se restructurer ». En effet, l’entreprise en sauvegarde se met en période d’observation de six mois, renouvelable une fois, et cherche ainsi à trouver les solutions les plus pertinentes pour rééquilibrer sa structure.

Le cas Innoveox

La société spécialisée dans la commercialisation des équipements de dépollution des effluents toxiques a trop essayé sans réussite pour trouver un partenaire industriel ou financier. Ainsi, elle s’est retrouvée en sauvegarde judiciaire avec une période d’observation qui continuera jusqu’au 28 juillet.

En février dernier, le titre de la société a connue une grosse chute après l’annonce publiée par la société dans laquelle, elle a annoncé l’existence de « discussions actives »  avec des partenaires de la France et de la Chine pour leur apporter un appui industriel ou financier. Cette baisse a engendré une autre baise de la trésorerie du groupe qui est tombée au niveau de 1,5 million d’euros.

Suite à l’échec des négociations dans les délais prévus, le tribunal de commerce de Paris à ouvert, le 28 mars dernier, une procédure de sauvegarde pour Innoveox SA et sa filiale Syneox SAS. Durant cette période, l’activité et l’exploitation vont continuer avec un rythme normal. Seule la recherche des partenaires sera plus élargie et mieux appuyée grâce à l’intervention de l’administrateur judiciaire en charge du dossier.

De l’autre coté, la filiale Innoveox Océania, sise à la Réunion, a été placée en redressement judicaire et la cotation à son titre a été suspendue au dernier cours de 2,04 euros.

 

Les productions étrangères ont investi 280 millions de dirhams au Maroc en 2016

Les productions étrangères ont investi 280 millions de dirhams au Maroc en 2016

Avr 1, 2017

Des lacs, des montagnes, des paysages époustouflants, mais pas que, le Maroc est un pays riche réputé pour la beauté de sa nature et son infrastructure irréprochable.

La production cinématographique est l’un des facteurs de notoriété de ce pays aux multiples facettes.

Accueillant depuis de nombreuses années les producteurs et les acteurs des plus grands films à savoir et offrant à ses derniers un cadre agréable propice à la production et à la détente à la fois, le Royaume chérifien devient la destination phare des producteurs en quête des endroits originaux et d’une ambiance conviviale.

D’après le Directeur du secrétariat particulier du Roi Mohammed VI et le dirigeant de différents projets culturels et économique au Maroc, les producteurs étrangers choisissant le Royaume marocain pour le tournage de leurs films ont investi un budget d’un peu plus de 280 millions de dirhams en 2016.

« Ceci est une bonne nouvelle dévoilée par le Centre cinématographique marocain (CCM) qui nous confirme que l’an dernier 24 producteurs se sont installés au Maroc pour tourner leurs films. D’après le bilan publié samedi dernier par le Centre cinématographique marocain (CCM), les productions étrangères venues tourner au Maroc en 2016 ont enregistré des bénéfices considérables mais toujours inférieurs à celles des années précédentes. ».

Quel est Le point commun entre Kaboul Kitchen, Prison Break et Game of Thrones ?

Le phénomène n’est pas nouveau, dans les années cinquante, le Maroc a accueilli les plus films américains, arabes et européens comme celui d’Alfred Hitchcock, L’Homme qui en savait trop ou encore American Sniper de Clint Eastwood.

En 2016, plus qu’une vingtaine de séries et films et étrangers réalisés par les plus prospères des producteurs ont été tournés dans différentes villes marocaines.
A cela s’ajoute une dizaine de sports publicitaires des plus grandes marques étrangères et une vingtaine de séries télévisées diffusées dans les meilleures chaînes américaines.

Ci-dessous le bilan cinématographique détaillé, dévoilé, samedi à Tanger, par le Centre cinématographique marocain (CCM) :
·         27 publicités (17,80 MDH)

·         16 séries télévisées (116,64 MDH)

·         8 clips (1,78 MDH)

·         13 films institutionnels (1,72 MDH)

·         2 docu-fictions (1,028 MDH)

Toujours selon le CCM), les séries télévisées Prison Break, Game Of Thrones, ainsi que la série télévisée française créée par Marc Victor, Kaboul Kitchen sont celles qui ayant le plus investi, en consacrant une somme de près de 25 millions de dirhams.

 

Too Good To Go, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Too Good To Go, l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Jan 27, 2017

Une application innovatrice a été lancée en juin 2016 par une jeune ingénieure passionnée par l’entrepreneuriat et les solutions dédiées aux problèmes de la société.

Depuis quelques mois, Lucie Basch, a donné le jour à une application mobile luttant contre le gaspillage alimentaire.

Innovatrice et une première dans le monde de la restauration, cette application hors-pair a gagné le prix de la meilleure idée lors du concours lancé par Carrefour « AntiGaspi ».

‎Lucie Basch, une jeune ingénieure centralienne douée par l’univers de l’entrepreneuriat et par les idées protectrices de l’environnement. Dans le but de conserver au mieux l’économie et l’environnement, Lucie Basch a lancé son application innovatrice nommée Too Good To Go France au mois de juin 2016.

TGTG, un geste noble pour la planète

TGTG, est une initiative audacieuse qui sert à lutter contre le gaspillage alimentaire et qui suggère une alternative simple et surtout gratuite permettant aux commerçants de ne plus jeter leurs produits frais et aux consommateurs d’acheter à petits prix leur nourriture.

Regroupant un bon nombre de consommateurs et de restaurateurs en France, cette application mobile vend à peu près 20.000 de repas par jour.

En collaboration avec Elior Group, le groupe de restauration collective présidée par l’ex directeu24r de cabinet du ministre des PME, du Commerce et de l’Artisanat, Cyril Capliez l’application « trop bon pour être jeté » compte déjà des millions d’inscrits.

Référent pour ses politiques environnementales et des initiatives luttant pour la protection du bien-être de l’humanité, la société de restauration dirigée par Cyril Capliez, est un souteneur actif de l’application TGTG.

Too Good To Go propose un concept bénéfique grâce auquel les commerçants pourront commercialiser leurs invendus et les consommateurs auront la possibilité d’avoir des repas à prix réduits.

Une initiative bénéfique et rentable

TGTG est avant tout un geste charitable pour la planète, qui permet de nourrir les consommateurs avec un coût bien étudié et d’éliminer à la fois les déchets alimentaires.

Présente sur plusieurs pays, TGTG regroupe déjà près de 900 restaurateurs et 4 millions d’utilisateurs de tout âge et goût.

Très attentive à la protection de l’environnement et aux services de société, j’avais envie d’inventer une application sensibilisant le grand public afin de limiter le gaspillage alimentaire et de permettre aux consommateurs d’avoir un repas complet à un prix bien étudié. »  Affirme Lucie Basch, la créatrice de l’application.

« J’invite tous les consommateurs, les commerçants et toute personne sensible à ce sujet d’adhérer à cette initiative et de contribuer à la protection de notre environnement. » Ajoute Lucie Basch.

Cessation de paiement et redressement judiciaire

Cessation de paiement et redressement judiciaire

Nov 6, 2016

 

Quand l’entreprise est déficitaire, elle se place en défaut de paiement face à ses créanciers. On parle de cessation de paiement, quand l’actif disponible, n’est plus suffisant pour gérer le passif exigible de l’entreprise. Dans ce cas, les directeurs peuvent recourir à des administrateurs judiciaires, spécialisés sur le domaine, comme Philipe Jeannerot pour ouvrir une procédure de sauvegarde.

Le Passif exigible

cessation-paiementw_720

Le passif exigible, désigne les arrivées à échéance, non remboursées. Ceci correspond également à la totalité des dettes que l’entreprise est tenue de payer immédiatement sous la demande de ces créanciers. Ces montants empruntés, peuvent être civile ou commerciale. Il s’agit d’une dette liquide, lorsque la somme empruntée est évaluée en argent et d’une dette certaine si le principe, le montant et le mode de paiement ne sont pas soumis à des litiges ou à des contestations.

L’actif disponible

sphere-faillite-52306452-960x420-90-center-ffffff-wcopyright

L’actif disponible, représente l’ensemble de liquidités ou effets de commerces dont l’entreprise peut disposer immédiatement et sans délais. Cet actif, correspond également, aux liquidités disponibles dans les comptes bancaires ou en caisse, des effets de commerce, et les réserves de crédit. Cet actif qui permet à l’entreprise d’agir sur les opérations courantes.  Les stocks, les immeubles et les créances ne font pas partie de cet actif disponible.

Redressement judicaire

wooden gavel, glasses and books isolated on white

Lorsque l’entreprise n’est plus en mesure de payer son passif exigible avec les ressources dont elle dispose, l’ouverture d’une procédure de redressement doit se faire dans les 45 jours qui suivent la cessation des paiements. Le chef d’entreprises peut ouvrir cette procédure qui sera encadrée par le Tribunal du commerce. C’est l’administrateur judiciaire qui intervient à ce stade pour défendre l’entreprises défaillantes. Son intervention va permettre de réorganiser l’entreprise et renforcer la trésorerie de la société. Plusieurs Cabinets de professionnels, comme Philippe Jeannerot, offrent un service complet pour soutenir et accompagner les sociétés qui rencontrent un défaut de paiement.  L’objectif, est de permettre la continuation de l’activité sur le long terme.

Le tribunal accorde une période d’observation évaluée à 6 mois, une période qui peut varier en fonction de la taille de l’entreprise. Pendant cette période, les créances et les salaires sont gérés par L’AGS.  Cette période doit dégager un plan d’actions tracé par l’administrateur judiciaire. Le plan de redressement, prévoit la situation future de l’entreprise (reprise de l’activité, cession partielle ou totale). Quand il s’agit d’un licenciement de salariés, le rapport détaille le nombre de salariés, et leurs taches dans l’entreprise

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services