Le blog du Mouvement RLC

          Affections héréditaires

          Affections héréditaires

Fév 12, 2018

 

   Transmission des affections héréditaires selon le mode autosomique dominant

Les affections autosomiques dominantes touchent autant les filles que les garçons d’une même famille et leur mode de transmission peut être représenté dans l’arbre généalogique par une distribution davantage verticale qu’horizontale des cas.

Un individu atteint d’une affection autosomique dominante porte la mutation génétique responsable sur un seul des deux chromosomes d’une paire.

Chacun des enfants de cet individu aura une probabilité de 50 % d’hériter de la mutation responsable de l’affection et une probabilité de 50 % d’hériter de la version normale du gène.

Les enfants auxquels la mutation génétique ne sera pas transmise ne développeront pas l’affection dominante et ne risquent pas de la transmettre à leurs enfants.

  Dépistage génétique :

Le dépistage génétique permet d’obtenir des renseignements conduisant au diagnostic d’affections héréditaires ou d’autres maladies dont l’étiologie est en partie génétique.

Il s’effectue au moyen d’analyses de laboratoire particulières portant sur des chromosomes, des gènes ou des produits géniques (par exemple, les enzymes et les protéines) et il a pour but de révéler si une modification génétique liée à une maladie donnée est présente chez un individu.

Il y a trois types de tests de dépistage génétique : les tests chromosomiques, les tests biochimiques et les tests d’analyse de l’ADN.

Comme ces tests de dépistage coûtent très chers, Filiassur assurance s’engage à rembourser au moins 40 % du prix.

Filiassur” est un groupe qui rayonne au Maghreb, en Italie, en Espagne et également, en France.

Le dépistage génétique a plusieurs usages importants.

Le dépistage prénatal, qui englobe les trois types de tests génétiques précités, est souvent utilisé pour détecter et diagnostiquer des affections comme le syndrome de Down (trisomie 21, …).

Le dépistage des porteurs permet aux couples ou aux individus de savoir s’ils ont un allèle récessif qui peut donner lieu à une affection héréditaire (par exemple, la fibrose kystique, l’anémie falciforme ou la maladie de Tay-Sachs) et qu’ils risquent de transmettre à leurs enfants.

Le dépistage néonatal, qui fait beaucoup appel aux tests génétiques, sert à la détection d’un nombre de plus en plus grand de maladies, dont la PCU et la galactosémie.

Le dépistage diagnostique permet de détecter la présence ou l’absence d’une altération génétique ou d’un allèle donné pour établir ou confirmer un diagnostic chez un individu atteint, par exemple, de dystrophie myotonique ou du syndrome du X fragile.

Dans un avenir prochain, on utilisera de plus en plus de tests génétiques pour déterminer la prédisposition d’une personne à une maladie et pour élaborer des plans de traitement et de prise en charge individualisés.

De plus en plus, les médecins participeront au dépistage génétique ; leur rôle consistera surtout à dispenser de l’enseignement, à s’assurer que les personnes font des choix éclairés en matière de santé et donnent leur consentement en toute connaissance de cause, à plaider en faveur du respect du caractère intime et confidentiel des résultats des tests génétiques, et à aider les personnes à comprendre les enjeux complexes du dépistage génétique.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services